18/11/2000: Un samedi pas ordinaire…

Alors voila , tout commence samedi, 13 heures. Je venais juste de sortir du lit, à poil, me grattant les burnes ,trouvant mon haleine puante et me demandant ce que j'allais bien pouvoir foutre de ma journée quand, soudain, sans que je le devine, le téléphone sonne.

- Allo ?????

- Salut, c'est moi Xav'

- Salut, ca va ?

- Ouai, t'as ta moto ?

- Non, en réparation.

- Je vais faire un tour avec Marco. Je prends le mono, je te prête la Pantah.

- Quoi, tu me prêtes la Pantah ??????

- Ouai, je te prête la Pantah.

- J'arrive dans une demi heure.

Je vous raconte pas mon excitation et mon appréhension juste après le coup de fil. Putain, la Pantah! putain , la Pantah, que je me disais dans ma tête. Est ce que je vais assurer ? Putain, ca va être le pied !!! etc, etc..


J'enfile un Tshirt, un collant (mais pas un truc de gonzesse hein :)), un sous pull, Pantalon de cuir, pull, blouson de cuir, je m'enfile un croc monsieur pour la route et go !!!! J'oublie pas la combinaison de pluie et surtout l'appareil photo.


Arrivé chez l'ami Xavier, on charge les belles sur la remorque (bah oui, c'est pas la porte à coté Marco land), l'autoroute et arrêt à une station service près de chez Marco. On croise les anges de la route (Mad Max tm) en typhons et aussi les anges de la route en tracteurs (c'est moins cool car ils sont pas rapides ceux là). Juste avant d'arriver chez Marco, un phare arrive en face. Xav me dit: "C'est Marco". Et c'était lui. signe du bras, il nous retrouve devant chez lui. Il nous rejoint et nous dit: "J'en pouvais plus de vous attendre, fallais que je roule.". Sacré Marco, quel drogué. On décharge les motos. Je fais quelles photos. Et on se prépare à démarrer.


Démarrage poussette pour la Pantah. Coup de kick viril pour les monos. Une mélodie mécanique s'échappe du lotissement. Ma première impression au guidon de la 500: c'est pas une moto de lopette cette machine. Un embrayage dur, dur. il faut une bonne volonté pour la mettre sur l'angle. Mais c'est cool. Une ducat' quoi.


Je suis derrière Marco. On emprunte les petites routes de campagnes. Xav me passe a donf. Rahhhh, le bruit du mono en plein effort!!! Et là, sous un soleil rasant, un paysage de campagne d'automne dans le fond, je vois Xavier, déhanché sur sa brelle, à l'aspi derrière Marco, lui faire un extérieur dont il a le secret. On fait un saut de trente ans en arrière.

Je suis aux anges. J'imagine Marco, les larmes aux yeux, mettre la poignée à toc pour se refaire :)))

Passage a Villefontaine pour rencontrer un gars qui possède une 250 coursifiée. Dommage, son voisin nous dit qu'il est parti à Lyon. Pour une autre fois. J'en profite pour faire d'autres photos. On décide de profiter du reste de soleil pour faire des photos des monos en courbes. Recherche d'un site. arrêt sur le bord de la route. Préparation de l'appareil. Marco et Xavier font 4, 5 passages, déhanché, en faisant hurler les moulins. clic, clac dans la boite. Pourvu qu'elles soient réussies (réponse quand elles seront développées dans quelques mois :))) Une voiture passe avec à bord deux petites blondes toutes mignonnes qui nous dévorent des yeux. Sur qu'elles vont fantasmer sur nous et nos belles machines pendant des jours.

C'est ca aussi la magie ducati: nous, on conduit, elles, elles rêvent :)))

Retour chez Marco. Il emprunte 5 minutes le mono de Xav pour voir. Bien oui, il marche mieux que le sien. C'est à cause de l'échappement. Mais il a une arme secrète. Un contre cône avec tellement de chicanes que l'on ne les voies pas :))) J'imagine le bruit que cela va faire. Chocolat chaud chez lui (il faisait froid). Retour chez Xavier. La soirée se termine chez lui, devant un porc au caramel préparé par ses soins super bon sur fond de victoire des bleus face aux blacks.



Y a pas a dire, c'était vraiment une superbe journée:)))


Alex