deux cr aujourd'hui

 

samedi matin, beau temps, un vent assez violent, mais bon, faut que je rode mes pneus (c'est pas sur le trajet boulot dodo, que je vais arriver a quoi que ce soit); en plus ça tombe bien, je dois descendre dans la drome pour une teuf du MC de ma moman, et en profiter pour changer les roulements AV (ben chérie, tu comprend, sans la moto ça va être dur de bosser dessus, pis fais bo, pis tu veux passer chez ta mère....)

 

bref, après 2/3 conneries a faire sur Lyon (ou j'ai croise Bruno qui bavait copieusement devant les amplis full bordel de la mort qui tue), je trace sur l'autocroute (toujours aussi chiant) pour sortir a vienne, direction la 86 (histoire de me mettre en jambe tranquillement) y-a pas, cette route est banale, mais les contrefort de l'ardeche sont sublimes, et la luminosité de ce début d'été rend ce paysage...féerique.

 

après un arrêt chez le sous-traitant de ma boite (on m'offre gentiment le café), le temps de me renseigner sur les opportunités de boulot (y sont a 5 bornes de saint peray, donc de plein de routes qui vont bien), je me dirige vers lamastre, sur une route que je commence a connaître, histoire de roder mes d205 sans surprise. c'est la que je me rend compte que mes vieux macadam étaient vraiment naze, ma brêle glisse sur la route sans problème, je commence par une série de virolos a vitesse raisonnable, je prend la mesure de ma "nouvelle" machine (ben ouais, maintenant y-a plus que le peinture qu-y-est pas neuve), ça passe tranquille le goudron est assez marrant vu de près (j'avais jamais remarque avant); petit arrêt au col de machintruc, pour profiter un peu du paysage et du calme ambiant (les kekes ne sortiront que le lendemain) coup d'oeil a mes pneus, mouais, peut mieux faire, mais bon, y-z-ont 200 bornes, on va se calmer.

j'attaque le dernier passage sur lamastre, une partie rapide bien que bosselée, je me sens vraiment confiance, et décide d'ouvrir un peu plus le temps d'un arrêt diabolo menthe (ou j'ai vu 3 kekes en zxgsxr1 disserter sans relâche sur la pose de sliders (les leurs étaient limés, y-a pas photos) et sur "que je l'ai pourri lui", et "je lui ai fais un exter d'enfer"...) je repart un peu morose, nostalgique de la période bénie ou tous les mecs a 2

roues en bavent autant que moi, et salut avec un plaisir évident, contents de voir qu'on passe par les mêmes galères mais qu'on sera toujours la pour s'entraider....

 

bon c'est pas tout ça, mais j'ai une famille qui m'attend, et y se fait tard; je prend donc le chemin rapide (direct sur tournon) avec une partie sur plateau faite de longue courbes serrées, et se finissant sur une série de virages en épingle, l'idéal pour apprendre a angler arrivage a chez ma moman.

 

le lendemain, je remet gaz sur lyon, ou je dois retrouver une petite bande qui accompagne un "heureux" nouveau proprio de 500 cb qui part sur paris le temps est encore meilleur que la veille, et les badauds sur la place bellecour matent les machines, blazes de ne pouvoir nous accompagner y-avait un 996 (mamamia!!!), deux 955 triumph (pour les pièces pour les ducats), un st2, un st4, un 500 cb, un rc45 (mamamia!!! bis) , et mon gsxf au cas ou un ducatiste aurait besoin d'une selle pour rentrer (ça reste toujours de la jalousie, et j'en veux toujours une ...;)

le temps que la bande se félicite du beau temps, qu'on a une bonne idée de sortir les bécanes, et on s'élance via la voie rapide en direction du beaujolais.

après un passage a 170 180 sur autocroute, on sort en direction de limonest , pour trouver la route des echarmeaux ca commence assez fort, on lâche rapidement le groupe de queue, et je me met a watter comme un bourrin pour suivre les fous furieux de tête, rythme que j'arrive a tenir jusqu'a ce qu'une bagnole me coince; le rythme étant déjà élevé pour mes capacités, je décide tout naturellement de lâcher du lest (la chaleur qui me montait entre les cuisses n'avait rien d'intime, juste mon 600 qui me rappellait gentiment que justement, ce n'est qu'un 600, et que suivre un rc45 et un 996, ca va 5 mn, mais pas trop je coupe suffisamment pour que les retardataires (que ce mot est doux a mes oreilles ;-)) me rattrapent, et je remet gaz, pris dans le "move" d'une vitesse non homologuée et d'une brêle qui va bien.

 

Apres une dizaine de bornes, je décide de recouper, car on passe un certain nombre d'intersection vers de routes qui vont bien, et je veux pas louper le groupe au bout de 10 mn, ne voyant personne arriver, je fais demi tour, pour réaliser que je suis...tout seul portable en main, j'essaye de rameuter les gens pour recoller a la bande, mais dans le coin ca passe moyen apercevant une pancarte "lac des sapins", je me dis go, on sait jamais, et c'est repartit pour gros gaz, histoire de pas être a la bourre arrive au lac des sapins, personne sur place, je choppe le portable et appelle landos; après m'avoir copieusement traite d'abruti, il me passe isa qui me conseille de faire demi tour pour retrouver cublize, c'est repartit pour 15 bornes a tombeau ouvert, jusqu'a ce que, du coin de l’œil, je repère une pancarte "cublize" qui pointe...derrière moi

 

demi tour a nouveau (ça va, je commence a connaître le coin), je réalise que le bled en question était (précédemment), a 500 mètres devant moi !!!!! je pousse comme un dingue jusqu'au echarmeaux, ou la bande, tous morts de rire, se précipite vers les machines, histoire de me laisser souffler 3mn chrono on tire vers chaufailles, le rythme reste soutenu, je me tire une bourre avec je sais plus qui, genre tu m'aura pas, jusqu'a je me fasse mettre minable dans un bout de ligne droite (dur retour a la réalité)

 

a chauffaille le 500 cb nous lâche, bien dégoûté a l'idée des 500 bornes d'autoroute qui l'attende s'en suis une longue discussion ayant pour sujet principal "je dois rentrer tôt, mes os me font mal, je dois aller chercher mes gosses, j'ai une lessive a étendre, je dois mater l'émission de foucault.." bref un ramassis d'excuses toutes plus bidons les une que les autres (j'avais les miennes aussi ;-)) pour rentrer au plus vite.

un compromis se dégage sous la forme d'un retour via beaujeu puis villefranche; on fais le plein, les groupes se forment suivant la destination finale, et j'intègre le groupe le plus fournit, landos et son rc45 derrière moi les gonzes devant ont le feus au "bip", car ça chauffe grave, malgré le nombre grandissant de bagnoles.

 

on se fait lâcher rapidement, coinces par une filles importante de bagnole et une série de lignes blanches on a donc termine la route a 2, sur une petite bourre sympa, sur le trajet

prévu, sans souci, hormis les caisseux qui s'étaient donnes rendez vous sur le retour sur lyon.

 

voila voila, pour moi le bilan du we est plutôt sympa, j'ai enfin sortit les tripes de ma bécane sans avoir envie de vomir les miennes, et mes pneus me confirment ma progression. M'enfin bon, je sais que j'ai encore beaucoup a apprendre, mais je profite

encore un peu de cette illusion, avant le dur retour a la réalité que sera probablement la prochaine ballade

 

 

Jery, 600gsxf