'lut à tous!

 

Lyon, 21 heures. Ciel clair avec quelques nuages. Il est l'heure de sortir de table. Un coup de fil à Xavier. Il nous attend. Il a la ferme intention de sortir le 900 SS à couple conique qu'il a assuré le matin même. Aussitôt dit, aussitôt nous sommes chez lui. Après quelques tergiversations et vérifications, ce n'est pas une mais trois Ducati qui sortent du garage :

 

- 900 SS Couple conique

- 851 SP2

- 916 Senna

 

Séance de poussette pour ne pas indisposer les voisins, et démarrage des brèles... Enfin presque. Le 900 SS a du caractère et ne s'en laissera pas compter. Il aura eu trois d'entres nous à la fatigue - Il a craqué, mais pas plus, malgré la tentative de démarrage à la poussette. Xavier tout en sueur, Bruno (un lyonnais) pire encore (l'effet conjugué du manque de sport et des clopes), et moi pas vraiment mieux.

 

On rentre donc le 900 SS et on ressort la Daytona. Le temps que tout le monde soit remis de ses émotions, il est à peine 22 h 40. Enfin, il est toujours temps pour une petite ballade.

 

0 h 00. Quelque part en montagne, 900 mètres d'altitude, le bruit d'un ruisseau, les 3 brèles garées le long du pont. Ambiance bucolique. Depuis près de 30 minutes, nous avons roulé sans rencontrer la moindre caisse sur la route. Il fait bon vivre ici. Et moi j'en ai pas mené large sur la Senna de Xavier... Me rappelais pas que cela bougeait autant un 916... Ca vit, ça s'exprime... C'est brutal. Mais pas autant qu'un 900 SS cependant.

 

Après une pause d'une dizaine de minutes on repart. Je reprends la Daytona.

Je me sens un peu mieux que sur le 916 dont je n'ai pas trouvé le mode d'emploi...

 

Une heure. 50 bornes plus loin. Lyon. La terrasse d'un café. je sirote un coca...

 

Voilà. C'est ça la vie à Lyon. C'est génial.

 

Enfin bref. Bonne nuit. Je vais dormir. Il est plus que temps...

 

Zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz!

 

Marc - Lucifer Triple

Daytona DDE 955i