Il faut que je vous dise que lors de la sortie d'antiquités
ducatistes :-) de ce week-end, j'ai retrouvé mes sensations de
jeunesse, quand je roulais sur ces mêmes routes (je suis originaire
de Grenoble) avec ma petite Honda 125 Twin. Parce que le pilotage
d'une Ducati 350 mono, c'est totalement old style.

Rien à voir avec la 998 S où tu ouvres à fond dans les bouts droits,
tu plantes tout en entrée de virage, tu passes l'entrée du virage sur
un filet de gaz en déhanchant, tu commence à ouvrir gentiment en
voyant la sortie de la courbe et tu mets taquet quand la moto est
bien droite :-)

Avec le mono, sur les routes de montagne, tu enroules, le but est de
freiner le moins possible et de jamais couper les gaz, avec des
trajectoires tendues au millimètre, et évidemment sans jamais
déhancher.

Et sur les bouts droits des nationales ou l'autoroute (oui, j'avoue,
on l'a pris un peu pour sortir de Lyon et y rentrer) tu te recules à
fond sur la selle, tu poses le menton sur le réservoir, tu tiens la
poignée des gaz avec le coude bien rentré et posé sur le genou droit
et de la main gauche tu tiens fermement le tube de fourche. Et comme
ça, en jouant de l'aspi des bagnoles, tu prends plus de 150 km/h et
tu doubles tout le monde, sans hésiter à aller sur la file de gauche
bien que tu n'aies ni clignos ni rétros, dans un bruit effroyable,
avec des pères de famille ahuris au volant de leur Scénic et des
mômes hilares derrière qui te font de grands signes d'encouragement
:-))))

'tain qu'est ce qu'on s'est marrés hier avec Thierry sur l'autre mono
à faire Grenoble-Lyon sur nos brêlons :-)

--
Pierre - le bonheur ducatiste c'est simple non ?