Vendredi, fin d'après midi. "Il fait beau, on voit des virago"®
Demain il faut être à Montbrison pour un déménagement et
il fait beau. Arglll mais bon tant pis hein, on va joindre l'utile à
l'agréable; pour le tourisme ben on se vengera la semaine
prochaine :))

17h00. L'@T est chargée avec le top case et les bagster. J'ai pas
l'habitude d'avoir tant de place sur une moto :) On a beau en mettre,
y'a encore plein de place de libre ! 45 litres, ça permet de voir
venir mais je me dis que lorsque je serai habitué je trouverai
sûrement ça trop petit !
Allez hop, on décolle, la miss calée contre le top case, ça
la change de la Ducati :)
17h05 : Halte essence + vérification pneus + huile à la station
de la X Rousse.
Je fais le plein et calcule la consommation de la dernière fois :
6.3 l/100. Beaucoup de ville, ça doit être sûrement pour ça.

Et c'est parti ! On rejoint Craponne dans un flot continu de
bagnoles, c'est toujours aussi ch$$## les bouchons :o)
Passée La maison blanche, on commence à se détendre : ça
roule, il fait beau et on enroule gentiment. Je m'habitue peu à peu à
l'@T et je prends un plaisir monstre. Le moteur est souple, on est super bien
positionné et comme on vient juste de partir, on n'a pas encore
mal au cul :o)
La montée sur Yzeron se fait bien plus calmement que d'autres fois
sur la Ducat mais niveau confort y'a pas de lézard, on est sereins
là ;)
On rejoint Duerne avec une petite brise qui pique un peu, le temps se
couvre, le soleil joue à cache-cache et à Chazelles, ce n'est
plus de la brise mais du vent. Ce n'est qu'un avant goût de ce qui nous
attend le dimanche. Après Chazelles, c'est moins marrant : on
rejoint St Galmier et le logis.

Samedi c'était encore moins marrant puisqu'on a passé la
journée à déménager :o))

Et on se retrouve dimanche matin, à 10h30 avec un départ pour
un barbecue prévu au dessus d'Ambert, en plein coeur du Forez. On
connaît bien la route "classique" qui fait Montbrison - Ambert via
St Anthème : elle est propre mais pas très "Gayssot Approved".
Alors on enquille une plus petite départementale à la sortie de
Montbrison, direction le col de Baracuchet puis le col des Supeyres. Evidemment
en trail, c'est du bonheur : la route est parfois étroite (encore
que…), parfois couvertes de gravillons mais on s'en tape, c'est
justement ça qui est excellent ;) Dans la vallée on imagine les
échappements des full carbone kéké touch qui résonnent et
qui doivent composer avec les bandes blanches, les jumelles, les bagnoles etc...
Nous pendant ce temps, on croise 1 voiture et 5 vélos sur 29 kms
:))

Midi : barbecue au soleil mais le vent froid qu'on avait senti au col
des Supeyres se met à souffler comme un damné. Pendant que les
magrets et les saucisses cuisent, je vire les godasses et en parfait
beatnik, profite du paysage. On est perdu au milieu du Forez, y'a pas
d'autre bruit que le vent. Je consulte mes messages : Benji me
signale qu'une balade est organisée sur Lyon, départ à 13h
de la BP de la Mulatière. Ben on n'y sera pas à temps hein :))
Après les saucisses, le fromage et un bruit familier soudain. On
lève la tête et sur la petite route en bas de la maison on voit passer
2 KTM et 1 Kawa KLX 250. Ils sont en liaison :))

16h30 : la sieste est terminée, il est temps de rentrer!
On charge l'@T et on repart : Ambert puis Viverols, avec une superbe
route que je conseille aux copaings ducatistes : la D205 entre
Issarlier et Viverols. Nom de diou, y'a de ces virages, y'a moyen
d'aller fort. Tellement fort que dans un droite en dévers, le pied
de la miss dit bonjour au goudron. Ben ouais, le cale pied AR droit est
déporté pour passer par dessus le pot. Et si on rentre pas son
pied ben y racle :))
A Viverols, pause "regardage de carte" :)) Ensuite je reprends un
rythme plus serein jusqu'à St Bonnet le Château. Une bagnole de
gendarmerie se traîne à 60 km/h et occasionne un bouchon. On
double
quelques bagnoles puis on en profite pour faire le plein. Nouveau
calcul de conso : 5.2 l / 100. Voilà qui est sympa comme tout. Je
crois que je peux me défaire de mon habitude de faire le plein si
tôt :) Sur la Ducati la réserve s'allumait à 200 km, là
après 250 km il me reste encore plus de 10 litres dans le réservoir ! L'air de
rien, ça permet d'envisager la route avec sérénité. C'est
un mot que j'emploie souvent mais c'est vraiment celui qui colle le mieux avec
l'esprit au guidon de l'@T. C'est tellement différent de la Ducati
mais c'est tout aussi sympa. Ce ne sont pas les mêmes sensations,
ce ne sont pas les mêmes plaisirs mais franchement le trail c'est
géant.

Ensuite on prend ensuite la route la plus directe pour rentrer, qui
longe l'autocroute : on fera le détour par le Pilat plus tard. De
toutes façons je n'ai pas fini de rouler avec une telle bécane.
Heureusement que je ne roule pas en jet, avec le sourire de ravi de
la crèche que je dois me payer, je boufferai des moustiques par
milliers :)))

Prochaine sortie : jeudi matin pour partir dans le Languedoc :)