salut la liste

 

dans la serie "j'ai teste pour vous", je vous fais une liste, comme

ca, en vrac

 

mal aux fesses, aux bras, aux jambes, aux poignets, aux doigts,

partout quoi

 

pourtant, je suis le plus heureux des hommes, samedi matin a 1

heure, depart de marseille par le train avec ma femme, direction

limoges, la pantah nous atend :o))

 

apres avoir acquite la facture de 4 600 francs :o(( nous prenons la

direction des cevennes, il est 11 h 30; le ciel est nuageux, mais

aucun risque de pluie, le temps ideal pour tester la moto.

 

les deux premiere choses que je remarque, c'est la relative durete

de l'embrayoir, je ne pensai pas que ca allait devenir l'attraction de

la soiree, et la facilite tres relative de trouver une position

confortable pour la passagere et le pilote :o)

 

le trajet de limoges a millau se deroule de facon tres agreable par

le larzac et la vallee de la dordogne

la moto est fabuleuse, meme a deux, mal installe, quel pied je me

suis pris :o)))

 

puis ... les cevennes - dites les G.O., ca va pas le tete ? vous avez

vu l'etat des routes entre millau et saint jean du gard ? :o)))) - et je

vous parle pas de la montee de st jean au gite, a deux sur une

pantah, ca le fait vraiment pas !

le troncon (ca fait curieux sans la cedille) a fuir imperativement,

c'est la departementale 991 entre millau et nant, puis la

departementale 999 entre nant et le vigan. cette route est

completement defoncee, impossible de rouler a plus de 30 km de

moyenne, et bonjour le shacker :o((

 

nous sommes arrives au gite vers 21 h, avec en a peu pres 1 h 30

de pause, 8 heures a rouler (mappy me le faisait en 6h30 je crois,

ils sont pas alles voir sur place :o))

 

je suis completement hs en coupant le moteur, je fais le vide, zen !

 

- ca va ma cherie ?

- j'ai mal au cul mon amour !

 

tout est dans cette reponse :o)

 

nous retrouvons notre copain francis et nous faisons conaissance

avec guillaume et sylvie qui nous accompagnaient depuis st

germain de calberte (je parlerai par la suite de 'sgc', c'est plus

rapide a ecrire, et comme les cevennes, c'est quand meme une

autre planete ...)

 

j'avais vraiment mal partout, mais surtout aux doigts, embrayoir

d'homme oblige :o)

 

je fais enfin conaissance de la faune ducatiste, je citerai personne,

parceque je ne me souviens pas de tous les noms, tout ce que je

dirai, c'est que xavier n'en croyait pas ses doigts en testant mon

embrayage, il y est retoune plusieur fois, meme le lendemain.

il ferait pas des fixations parfois notre G.O ?

 

c'est deja l'heure du repas, ca tombe bien :o))

 

le lendemain, petit dej au soleil, depart pour la balade, mais

malheureusement, la descente sur st jean du gard aura raison de

mes doigts gauches et je suis oblige de jeter l'eponge, je ne dois

pas oublier que le lendemain, je rentre a marseille

 

nous sommes remontes au gite tout doucement (20 km en 3

etapes - pause a st etienne vallee francaise et a sgc) et nous

avons patiement atendu le retour de la meute.

 

le lendemain, reveil a 7 heures, remplissage du sac, apres un bon

petit dej, serrage de mains, au revoir a tous, nimes - cavaillon par

des routes pas tres viroleuses mais en bon etat, cavaillon -

marseille par l'autoroute, la moto tourne comme une horloge (a part

l'embrayage qui colle un peu) apres un reglage de ralenti, et

aujourd'hui, nous sommes a peu pres remis de nos douleurs et

courbatures.

 

je vous passe le bonjour de barbara qui est tres contente de vous

avoir rencontre et qui a passe un tres bon wdc malgres ses

douleurs fessieres.

 

voila, un dernier merci a a la joyeuse equipe des g.o.

 

a bientot - bug