lu,

 

nan rassurez je vais pas chanter, ou truiplagier.

juste raconter une petite journée en paradis motard.

 

ça commence par un appel à se dégourdir les soupapes lancé par le sieur

Jolitorax qui parle lui de chevaux retrouvé etc...

lui montant de Marseille moi descendant de l'Ecueil, le garçon déguotte

un point de ralliement à Dieulefit, pour être plus précis devant l'église,

facile quoi :)

bref je déquanille sur le coup de 7h à la fraiche direction la Drôme via la cambrousse.

rien que l'itinéraire de liaison c'est pas dégueu, qui de Beaurepaire,

Romans, Crest Bourdeau et enfin Dieulefit, tout ça sur la même départementale

la 538 ou itiniraire bis pour Montpellier.

 

J'arrive donc en la bonne ville de Dieulefit avec 45 minutes d'avance, pas

grave j'ai prévu de la lecture et c'est bien le diable si y'a pas un café sur la

place faisant face à l'église. j'aime bien faire le kéké aux terrasse ;)

mébon la je tourne et retourne autour du bled, et bondiou ousk'ils l'ont

collé leur clocher !!!!

évidemment y'a point d'église...

enfin si mais pas visible de loin, vu que en cette terre de protestantisme

l'église est un temple :)

 

Par contre le troquet est la ouf :)

je me terrassepose en attendant mon collègue, pas lontemps après avoir

commencè à chouiner sur le retard de 30 secondes, j'avise un petit truc sur

un gros truc tiens un gromono, bizzard je guettais plutot le chant du kipu. hum le sieur

n'aurait t'y pas une idée derrière la tête :))

 

s'en suivent des blablas de motard, puis la faim venant on décide de se

tirer de se bled beaucoup trop fréquenté (plein de motos, beurk)

évidemment la balade se faisant à l'impro on regarde vite fait la carte,

pour choisir les plus petites routes possibles.

 

ce sera donc direction Crupies puis Bouvière, faut dire que c'est vraiment

des hameaux, soit y'a la fête du village ou pas de resto.

ou y'a que 2 maisons qui se regardent en chien de faiënce.

rhaaa j'ai faim moi !!! mede mede c'est quoi cette balade, la route de la

faim ?

 

bon j'ai beau insister, plaider la cause de mon estomac, proposer d'acheter

2,3 bricoles à l'épicerie qui nous tend les bras, mon acolyte veut pas

monsieur est un fin gourmet :)

bref on jardine, remarquez jardiner dans ce magnifique décor y'a pire

c'est sompteusement sauvage et désert, je me souviens pas avoir croisé

de véhicule.

je manque pas de zieutter les debuts de pistouille, y'en a partout

et des belles, je comprend mieux le sourire de mon collègue arrivant sur son

gromono...

 

on se balade donc au feeling, en visant les hameaux qui parraissent avoir

plus de 3 maisons sur la petite carte qui va bien (l'état major aurait était

mieux)

on se retrouve donc à passer le col de Muse, sera t'il la mienne ? (j'ouvre

la route)

puis un bled du nom de Petit Paris (ouf pas de périph)

on arrive donc à St Nazaire du Désert qui porte bien son nom, mais tain que

c'est beau j'avoue que j'aurais bien tout plaqué pour y rester...

 

hors ce charmant village de la Drôme provencale en plus de son cadre

enchanteur possède une Auberge tip top, architecure style relais de poste fortifié,

cheminée monumentale, ah les belles pierres.

Le repas lui est à la hauteur du cadre, qui du pain cuit au feu de bois, le

melon excellent, le trucmuche genre tripe mais au mouton (beurk le mouton)

bref c'est classe, sauf que y'a des motards qu'arrivent :)

et une gold, un vfr et même une Africa, la même que moi !!!

en plus y se pose à coté de la mienne, instinct de classe ? :)

 

bon c'est pas le tout de se baffrer, de causer mais c'est quand qu'on roule

?

et la jolitorax à le reflexe qui faut, il demande au jeune serveur

qui nous répond tout content "ah oui des pistes, moi aussi je fais de la

moto :)) "

et hop il nous indique une superbre balade pas loind de la en montagne,

ajoutant

"faites gaffe en haut y'a des chèvres ;) "

 

bref on se carapate, le gus au gromono nous la fait séance de kick en

roulant (c'est zoli à voir)

on trouvera sans trop de problème la dite piste, ça commence dans la cour

d'une ferme et de suite ça grimpe, c'est "revétu" de gravier, sympa donc.

et vas y que ça grimpe, ça tourne, euh y'a pleins d'épingle !!!

arghh mede mede ils sont ou les parapets ????

bref faut pas trop déconner sinon :(( et puis y'a quelques pièges

sur un d'eux je manque pas de balayer la pistouille de l'arrière :)

mon suivant se fait un point d'honneur à m'imiter.

 

au bout de quelques kilomètres pause boire, y fait très chaud

on s'emerveille devant la vue, séance photo, arrive à ce moment là un

tracteur descendant de la montagne, nan nan c'est pas la fille du coupeur de joint.

bonjour msieur l'heureux montagnard :)

la suite de la monté est toujours superbe, on arrive finalement sur le

fameux plateau, c'est vide de toute présence, à part ce chemin.

 

on jardine un peu, vu que maintenant y'a plusieurs pistes, on teste la

droite pas bon barbelés ! la seconde elle est barrée par un fil électrique

pas de panneau mébon, perso je ferais bien demi tour par ou on est monté.

bon on pause les brèles, et hop séance de reconaissance à pieds, normal en

TT.

ça semble descendre de l'autre côté, je suis pas très partant, un peu la

trouille de me retrouver dans une descente à la con, et avec l'africa coincé la

j'aurai le temps de sécher avant qu'on m'y trouve :)

 

bon finalement on y va quand même, reprise des motos, c'est la qu'on entend

les chèvres, mébon je suis tranquille, j'ai pas pris les rangeots et encore

moins le treillis :)

la descente est vraiment chouette, belle vu, beau virage.

et finalement fréquenté puisque on y croisera un groupe de jeune en 125

accompagné d'un adulte qui nous gratifient dans grand signe/sourire.

 

tout serait parfait en ce bas monde, sauf que cette saloperie de Jean Louis

qui ouvre la piste, roule un poil plus vite que moi

l'enfoiré :) il a du s'entrainer en catimini :)

arrive malheureusement la fin et son cortège de bitume, ho de la belle route

mais quand même...

vu l'heure il faut songer à se rentrer, on part donc du col des vaches

direction Rémuzat puis grosso merdo Nyons ou l'on se séparera.

sympa cette route d'ailleurs, un peu trop fréquenté mais sympa.

finalement on se quitte avant Nyons, moi je prendrais direction Bourdeau

en passant par le défilés des trente pas.

 

bon allez je vous lache, vu qu'après j'ai encore fait dans le chemin des

écoliers.

 

Sébouille, définitivement incapable de fair court.