Grâce à la machine à avancer dans le temps,

Voici mon CR du WD5.

 

Clermont-Ferrand, le 30 Mars 2002.

----------------------------------

10h00: Il fait frais (5°) et humide (ca drache grâââve), et nous attendons à

la station service sur la N9. Pendant que certains percent leurs jantes pour

aller plus vite, d'autres vissent des pointes de 40mm dans leurs

D207-GrassTrack pour tenir sur la glace vive annoncée dès Saint Flour.

Titeuf a téléphoné de son portable: il a tellement bien rôdé ses soupapes

qu'il a usé presque complètement leur siège et qu'aux alentours d'Auxerre,

il n'avais presque plus de compression et s'est arrêté. Il est rentré en

train Auxerre/Paris/Nogent, parce qu'en plus son joint spi de sortie de

boite a réussi à passer dans sa boite à air et ça ne tirait plus rien du

tout. IL est dégouté, la prochaine fois il viendra en Alfa GTV.

12h00: Nous avons fait 30 Km et juste après Issoire nous nous sommes arrêté

dans un convoi en formation derrière les chasse-neige pour franchir le col

des Barraques. Manu n'est pas allé plus loin: on a juste eu le temps de voir

une volute de fumée, puis une flamme, manu a bondit de sa 900 pour s'écarter

de quelques mètres et WLOUCHH, la SS s'est embrasée dans une boule de feu

impressionnante. Evidemment, il avait fait le plein juste avant, mais son

problème, je crois, c'était ses nouvelles bougies au plutonium renforcé

titane/carbone "ForRaceUseOnly" qui étaient un peu chaudes. On l'a laissé

remonter en stop avec un camionneur vers Paris en contemplant tristement les

résidus noiratres de la 900 fumer sous la neige qui commençait à tomber.

J'ai pu récupérer une ou deux vis pas trop fondues, elles iront sur Desmono.

Pour une fois qu'il avait une 900SS Full Carbone, pauvre Manu :-((

17h00: Nous sommes finalement arrivé dans le parc des Volcans, et grâce au

fléchage jaune fluo nous ne nous sommes pas perdu dans le blizzard. A la

sortie de l'A75, les gendarmes n'ont pas voulu croire que nous sortions de

l'autoroute pour prendre une départementale. Ils nous ont immédiatement fait

souffler dans le ballon, et, devant l'absence de changement de couleur du

bidule, ont sorti la gnole et nous en ont offert de pleins gobelets. Moi, je

m'en foutait parce que j'avais mis de l'antigel -20° dans le circuit de

refroidissement de Carla :- )) Quand on est arrivé, Xav, Guilen et les

lyonnais avaient tout bien préparé! Y'avait des butagaz pour faire fondre

les bidons d'huile 15W30 "Grand froid", et d'autres butagaz pour des

marmites de Produit à 40° "Coucougnes Bleues".

21h00: Tout le monde est complètement raide déchiré, on a sifflé 50 litres

de Produit à 100 personnes! On entend des bruits bizarres qui viennent des

chambres et des sanitaires, je surprends même Fabrice en train de déclamer

du Claudel (avec des morceaux dedant) à un chiote en fayence qu'il appelle

amoureusement "Ma Mostrokibrille"... Xavier a foutu 200 mètres de cordes

diverses et variées tout autour du batiment et donne des cours d'alpinisme

en nocturne par -10°. On a déjà cinq côtes cassées, une luxation de l'épaule

et un nevez (ébéniste je crois) qui ne bouge plus après avoir dévissé de 5

mètres. Il respire encore, il ronfle même comme un Desmodue. Ca va, on

n'aura pas besoin d'incinérer son corps et de répartir sa Mostro parmis les

participants.

23h00: Gildas Arrive enfin. Faut dire que depuis Barein c'est assez mal

indiqué et que sa Paso a très mal supporté le parachutage depuis le B52 de

l'US Postal. Elle est un peu esquintée, mais on n'y voit que du feu, au sens

propre du terme d'ailleurs: ils avaient oublié de nettoyer correctement la

soute et les bois environnant ont reçu deux bombes à effet de souffle de 7

tonnes chacune. C'est très joli, une forêt de sapin qui brûle sous la neige!

Et toutes les bestioles qui dormaient peinard dans les bois se sont ruées

vers le gîte. Y'a même un ours qui a demandé où était Charby, mais personne

n'a voulu lui dire.

0h30: Tout le monde est en rang au garde-à-vous dans la cours du gîte. Ceux

qui parlent d'autre chose que de Ducati sont punis. Ceux qui parlent de la

blague de l'Ours Pédé sont punis. Ceux qui parlent sont punis. Ceux qui sont

là sont punis aussi. De toutes façons, on est tellement bourrés, fatigués,

enfumés et frigorifiés que l'on ferait tout pour participer au WD5... La

liste DucatiFR, c'est pas frm, bande de bleubites. Gaaaaaaard'avous!!!

Puit de dôme, le 31 Mars 2002:
------------------------------

9h30: Le gîte et ses alentours ressemblent maintenant à un Ducati Store (c)

(r) (tm): tout est propre et net, et les Ducati non-rouges ont été très

convenablement incendiées pour être full-carbone. Pauvre Manu :-(( Le petit

déj expédié, nous sortons dehors sous le soleil éclatant pour nous rendre

compte d'un truc génant. Il a neigé 1m50 pendant la nuit et il n'y a plus de

route. Rien, c'est le grand silence blanc, comme dans la chanson de Michel

Berger... Tout au plus entend-on les aboiements du chenil de la ferme

voisine que l'on voit à 500m de l'autre côté du vallon. Pierre a soudain une

idée de génie: on va chercher de l'aide là-bas. C'est certainement son

entrainement de survie à Crocomby qui lui a donné tout de suite la bonne

solution. On part a cinq en mission vers la ferme voisine pour chercher de

l'aide.

11h00: On est parti à pied, on revient... en traineau :-) La ferme en

question, c'était un élevage de chiens de traineaux et on a réussi à

négocier la location de 50 chiens pour la journée avec leurs harnais.

14h00: 12 machine totalement carénées sont attelés chacun avec 4 husky (des

vrais, en viande) sauf celle de Pierre qui en reçoit 2 de plus. C'est parti

pour la ballade! On a donné aux clebs une grosse giclée de produits "Grand

Froid" avant le départ, si bien que dans la neige pour la première fois

certains pilotes ont peur à l'accélération. Qu'est-ce qu'on se marre, mais

on s'aperçoit rapidement que certains chiens avec des trous du c*l de 39mm

tirent bien plus fort que d'autres avec les mêmes en 40mm. A mon avis, c'est

surtout le poids du pilote qui joue ou sa faculté à tourner vite la poignée

droite.

18h00: Le soleil est parti, les pilotes sont nazes, et LaPluche a réussi à

mettre le genoux par terre avec sa 888 sur une plaque de glace. Il n'est pas

arrivé à remonter si bien qu'il a fini piétiné par les clébards de celui qui

suivait... On a eu peur, mais comme il était bien équipé, RAS. Les

organisateurs ont repréparé 50 litre de Produit, mais vu qu'on n'est plus

que 50 (entre les morts gelés, les morts de honte, les tombés du toit, ceux

cramés dans la forêt quand ils jouaient au docteur avec les ours et les

zombies éthyliques, y a eu du déchet) on va encore solliciter nos foies...

21h30: Finalement on a décidé de faire revenir le B52 de l'US Postal avec

quelques bombes au Napalm pour faire fondre la neige. Et ça a marché du

tonnerre! On avait même disposé dehors quelques morceaux de barbaque, si

bien que l'on a juste eu a passer à table pour les grillades une fois que la

température est redescendue sous la barre des 30 degrés.

23h00: Xav a décidé de reprendre son initiation à l'alpinisme, mais on lui a

demandé d'arrêter après de second mort: y'avait plus de neige autour du gîte

pour amortir la chute des apprentis en perdition. Pendant ce temps-là, avec

Paul et Marco, on a mis au point les premiers concepts d'un moteur à 4 temps

sans cylindres. Normalement, ça doit marcher super-bien... Je crois que

c'est un effet insoupçonné du "Produit Grand Froid": il est hallucinogène!

Fabrice a terminé sa déclaration d'amour à Jacob&Delafont dans une éloquence

finale, tandis que Guilen montrait à Elisa les jolies estampes japonnaises

qui ornent ses cache-courroies. Après, on ne les a plus revu pendant au

moins deux heures :-))

Clermont-Ferrand, le 1er Avril 2002:

------------------------------------

10h00: Nous faisons le plein sur la N9 à la sortie de Clermont en direction

de Paris. Va falloir que je nettoie sérieusement la 851, y'a une cochonnerie

de Husky qui a pissé dessus, ou peut-être même pire d'ailleurs. C'est fou

comme ce genre de bécanes ça déclanche la fièvre! RAS, plus que 280 Km

d'autocroute, dans une heure et demi je suis dans mon canapé.

Chris&Mono Le 02/04/2002.

 

 

jery