Salut la liste,

Bon, je vais causer un peu dans le poste. Petit bilan de la pocket.
Je me rends compte que chaque sortie que je fais est ponctuée par une
gamelle. Et le pire, c'est quelles sont de plus en plus violentes.
Bon, je reconnais que je les cherche aussi. La dernière, hier, se
passe alors qu'au bout de quatre sessions, et après moult réglages à
la mort-moi-le-noeud, j'en déduis que je ne pourrais plus compter sur
mon frein avant. Rien de bien grave, mais un bras de levier qui
n'entraîne plus rien. J'avais déjà repéré le truc, mais après un
assemblage aux petits oignons à coup de marteau, je pensais le
problème réglé.

Merde que je me dis. Il ne me reste plus qu'une session avant de
rejoindre ma gonzesse qui se languit de moi (comme d'habitude quand
je ne suis pas avec elle ;)). Tant pis, j'y vais quand même.
Rafistolage, un bon coup sur la poignée de tondeuse, le qui-pue-un-
max s'ébroue dans un joli panache de fumée bleu. On chauffe un peu la
bête en enfilant les gants. Et GAAAAZZZZZZZZZZ sur la piste à moi
tout seul (c'est sure, je ne risque pas de gêner quelqu'un).

Petite explication concernant le fait de rouler avec un frein avant
inexistant: Je me traîne grave la bite. Ch'uis super nul. Mes pompes
frottent à peine le bitume quand je prends de l'angle. Et pourtant,
le slick arrière bouloche comme de la guimauve. Mais je suis trop sur
les freins en entrée de courbe. Alors, le but est d'enrouler
gentiment sans trop freiner. Rien de mieux pour ne pas freiner que de
ne pas avoir de freins :)))). Donc GAAAZZZZZZ.

Premiers tours pour chauffer les pneus. J'accélère un peu le rythme.
Tout se passe pas trop mal. J'ai changé de position de conduite à la
session d'avant et c'est beaucoup mieux maintenant. Mais plus
physique. Le frein arrière me ralentit comme il faut. Ça ronronne. Et
c'est là que le problème se pose. Le circuit est petit, genre un tour
toutes les quarante secondes. Les lignes droites sont courtes. Mais
la pocket, elle, elle ne demande qu'à exploiter ses 11cv à la roue
arrière. Et c'est vrai que c'est génial de pousser la mini bête dans
les tours. Donc, on tourne encore un peu plus vite. Et là, manque
flagrant de glawies associé au mauvais feeling de ces feins à câble,
juste avant une épingle à gauche (dans ce genre de circuit, tous les
virages sont des épingles), l'arrière se bloque et par en wetzell à
90°. Moi, pas con (je précise ;)), je lâche les freins. Mauvais plan.
Evidemment, la roue raccroche au bitume. La pocket se remet droite.
violemment , très violementt. Et hop, le coup de raquette. Allo
Houston, ici le nul. Et PAF l'arrière de la tête qui me récupère.
Petite glissade qui me marque le cul. Je suis KO. J'ai encore niqué
le casque. La pocket gît une dizaine de mètre derrière. Elle à rien
(Faites de la pocket, votre porte monnaie vous le rendra).

Finalement, je ne reprends pas la piste. Je remballe les affaires. La
pièce défectueuse est confiée à un gars qui va me la refaire comme
neuve. Retour à la maison. Mais avec le sourire. Car, j'ai rien: un
mal de crâne pendant quelques dizaine de minutes, éraflures sur les
fesses (et hop, un bisous ;))), une machine qui aurait repris la
piste tout de suite si je l'avais voulu. Bref, cela rejoint mon
objectif: s'éclater à deux roues sans risque. Pour moi, pour
l'instant, cela me convient tout à fait. J'en rêve la nuit :).

Tout ça pour dire que je m'éclate bien en pocket. Je suis nul, mais
je progresse à chaque fois. Bref, je suis content.

Alex