Bijour à tous, j'va vous narrer ma journée d'avec les gars de chez Moto
coin-coin !

Nous v'là donc réuni mardi 10.09.2002 à 8h30, ma pomme et tuitui, Xavier et
sa 916 Senna, et Thierry chevauchant sa 851, près de Lyon dans le Rhône. Le
but de la journée est de rejoindre les journaleux de Moto-Journal qui
testent la 999 et une 998s, et qui désirent effectuer un comparo sur
l'évolution des SBK Ducati depuis la 851. Je suis donc dans un état
d'exitation extrème, comparable à celle que ressentent les candidats à Star
Académy ou Loft Souris, c'est dire que je transpire grave sous les bras et
que l'envie de pisser causée par le stress ne me quitte pas.
8h35, appel de MJ pour nous demander de les rejoindre à Fleurie en
Beaujolais, la 999 a pris la flotte et démarre pas. Fait chier, ça commence
mal.
9h45, on est à Fleurie, on se présente mutuellement et on s'affaire autour
de cette satanée 999. D'abord, tomber un flan de carénage est une sinécure,
le réservoir ne pivote plus, la coque arrière non plus, faut tout dépoiler
vis par vis, c'est nul. Façon, rien à faire, elle veut pas partir, surement
l'émotion de se retrouver face à ses soeurs de légende. Xav repart avec
Thomas de MJ récupérer une 999 qui fonctionne. Pendant ce temps, thierry et
moi restons avec le pilote MJ (Stéphane Coutelle) et le photographe.
10h15, on se cassse dans les vignes pour des séances tofs. Whaou, le
"shooter" sort ses bazoukas et mitraille sans arrêt. On passe les uns
derrière les autres, côte à côte, à basse puis haute vitesse, nez dans la
bulle pis position relaxe, etc... Et 15 passages à chaque fois pour être sur
d'avoir la bonne image dans la boiboite ! Les bécanes chauffent et c'est pas
forcément cool comme activité. Mais bon, quand un pro de la gachette Nikon
est là pour vous, on s'applique et on fait sourire. Après ses séances
dynamiques, on s'arrête pour commencer les séances photos statiques et nos
portraits. Allongé devant sa moto ou dessus, un sourire à la Jean-Pierre
Foucault, l'air serein et nonchalant, le "shooter" nous mitraille la tronche
pendant que son assistant ajuste l'éclairage afin que chaque trait de nos
visages soit mis en évidence. Et la conclusion est justement évidente, avec
nos tronches qu'on a de motard mal rasés z'avec les cheveux en bataille
(sauf FF bien sur), Rocco Sifrédi et Alain Delon, c'est des tapettes ! que
c'est bon...
12h30, Xav et Thomas reviennent avec la 999 et on casse la croute.
14h00, on attaque les tofs des 5 motos ensembles. De face, de profil,
dessus, dessous, le shooter attrape tous les angles. On les place ensuite
sur la terrasse du resto, on pose quelques bouteilles de rouge sur un
tonneau, le verre à la main, on prend la pause et on bouge plus. On lève
quand même le coude et on se désaltère au Beaujol-Pif. Soudain le shooter
fou émet l'hypothèse de faire rentrer la 999 dans le resto, histoire de
faire dans l'originalité. Allez hop, la mob est dans le resto devant le bar
et on reprend les pauses de comptoir, toujours un verre à la main. Et
dehors, t'as des consommateurs qui attendent le temps qu'il faudra car hors
de question de stopper la séance. Ils ont les yeux hagards et doivent se
demander ce qu'il se passe à l'intérieur !
15h30, on se casse rouler un tout petit peu et
stoooooooooooooooooooooooooooooop... Fait beau, le décor est splendide, donc
tofs again. Comme le matin, toutes les positions y passent. Pis le
journaleux et le pilote effectuent quelques passages côte à côte. Arf, ça
commence à faire vite au milieu des graviers (violent orage de la nuit qui a
innondé les routes de terre) et des grappes de raisins, leurs genous rappent
le revêtement d'une route proche de seul qu'on trouve au fin fond de la
Chine. Bref, ils vont vite, freine fort et je me sent un peu plus petit. Je
commence à crainde les moments de roulage de la soirée. Et l'instant attendu
arrive, en selle messieurs, on va tester la 999 et s'échanger nos
mobylettes. On devra ensuite décrire nos impressions sur la 999, mais aussi
sur les autres motos, façon à évaluer les diverses évolutions.
16h30, c'est parti, enfin presque. Eux ils sont parti, loin, tout labas,
très vite, beaucoup penché dans les virages, énormément freiné, pif paf,
broappp.... Eh les copains, on s'attends, hein, c'est aussi sympas comme ça
? La 999, je la connais pas du tout, je m'y sens pas bien, je suis à
l'arrêt. Pas grave me disent les MJ boys, on est pas là pour s'arsouiller,
juste pour s'échanger nos impressions. Ah bon, tout va bien alors... On se
passe les mobs à nouveau, plusieurs fois de suite et on stoppe dans un grand
pif-paf. Le shooter au Nikon trouve l'endroit sympas et nous demande de
faire quelques passages. Oki man, on connait la musique, on y va. Sauf que
le pif paf, nous les trois autres lyonnais, on les prends à notre allure
somme toute pas si lente et que les deux autres z'oiseaux, ben ils sont bien
plus rapide. Alors ils ont beau faire signe qu'on doit leur coller le cul
pour que les tofs soient chouettes, moi je veux bien, mais à moins qu'ils me
tendent une corde, je vois pas comment je peux le faire. Puis Stéphane
Coutelle viens vers moi et thierry en nous disant : "bon les gars, sont
chouettes vos mobs, mais elles sont réglées pour faire un Dakar dans les
dunes, pas pour rouler sur la route. Vous permettez quelques ajustements ?".
Vas-y mon gars, te gêne pas, vas régler nos tréttaux :(
Une fois l'opération effectuée, les MJ boys repartent avec la 888 et la 851
dans ce pif-paf. Putain, qu'est-ce qu'on a pas fait en leur prêtant nos
mamies, ils vont les exploser... Bien sur que non, sont des pros et voir sa
propre moto enquiller les virolos à ces vitesses, ben ça fait drôle.
Stéphane s'arrête : "z'avez vu comme elles vont mieux, c'est pas encore
tip-top mais c'est nettement mieux". Merci gars, on le savait, mais on
voulait voir si t'étais bon :)
18h30, on décide de se diriger vers Lyon. Stéphane Coutelle garde ma 888, je
prends la 999, Xav la 998s, Thomas de MJ la 916 Senna et Thierry garde sa
851 pour retourner direct à son resto nous préparer un bon petit repas.
Franchement, j'ai préféré laisser partir le "Monsieur qui va vite tout le
temps", j'étais en nage en voyant ma 888 prendre des angles qu'elle n'a
jamais connu. Façon, je peux pas suivre (Xav sur la 998s était pas loin,
elle lui a bien plu cette 998s, à tous d'ailleurs). On stoppe pour se rendre
nos mobs respectives et Stéphane avoue que ma 888 est la plus phisyque de
toutes et que c'est une moto d'homme. Arf, enfin un mot gentil :)
19h45, on se sépare 1 heure pour se doucher et on se retrouve au resto de
Thierry, place des Célestins à Lyon.
21h15, devant une coupe de champagne, on tire le bilan de cette fabuleuse
journée.
1/ Il y a la génération 851/888, motos assez lourdes pour des sportives et
physiques à emener dans les enchènements rapides.
2/ Puis 916/998, moto au look fabuleux, mais on s'en bien une différence au
niveau moteur. La Senna est d'une finition remarquable et est bien plus
accessible que la 998 qui possède un moteur au coffre démoniaque mais qui
demande aussi une vigilance extrème en conduite sportive. C'est deux motos
sont précises, ne se conduisent pas mais se pilotent, racing quoi...
3/ La 999, c'est la nouvelle génération. Personne n'est convaincu.
L'accessibilité mécanique est vraiment en retrait par rapport aux 916/998,
la position étrange, tu sais pas comment te mettre, t'arrive pas à caler ton
cul. La selle est large, ses arrètes font mal aux cuisses. Le tableau de
bord, à part le gros compte tours blanc, est illisible et pas dans l'axe,
t'es obligé de franchement baisser les yeux pour lire les infos. La finition
est très moyenne (voir la panne du matin), les soudures dégueulasses.
4/ J'ai 37 ans et ils me restent au moins un demi-siècle à vivre pour
parvenir à mettre en pratique le mot magique :
"CrapoDynoStage4àFondToutCouchéParTerreDansLaParabolique".
Minuit, je me glisse sous la couette et les rêves remplissent mon
cerveau...JMF en couverture de MJ dans 15 jours ? :))))))))))))))))))))))
Et oui, la synthèse de cette journée sera publiée dans quelques semaines, on
va devenir célèbre :)
A+

Tiens le téléphone sonne ! "allo, Nicos, tu vas bien ? ouai ouai, te fais
pas de soucis, je serai au chateau de tes thons académiques. Avec tuitui ?
mais ouai, j'y serai, j'te l'ai déjà dit, fait pas
chier.......................................". Pffff

jmf